Négocier avec la Grande-Bretagne, round III. Pompidou, Heath, les administrations nationales et l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun (1969-1972)

Thèse non numérisée : demander une autorisation de consultation du format physique aux Archives nationales

thèse d’École des chartes

Auteur

Directeur de thèse

Date de soutenance

2008

Description matérielle

2 vol. (544 p.) ; 30 cm

Lieu de conservation

Cote

AB XXVIII 1464

Langue

Français

Mots-clés

Résumé

L’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun, phénomène majeur de la construction européenne, répond à plusieurs nécessités. Epreuve de plus en plus inéluctable, aux yeux des responsables anglais et français, l’entrée britannique s’inscrit dans une lecture à la fois structurelle – candidatures britanniques multiples et vetos français répétés depuis 1961, adaptation des administrations nationales au fait européen depuis la fin de la seconde guerre mondiale – et conjoncturelle – accélération des choix politiques en France comme en Grande-Bretagne entre 1969 et 1972. C’est donc à la rencontre de ces deux impératifs que se situe ce moment privilégié de la vie politique européenne, où France et Grande-Bretagne tiennent à nouveau les premiers rôles. Le cas des administrations en charge du dossier européen dans les deux pays est particulièrement intéressant : de part leur spécificité et leur originalité, les organes administratifs en jeu sont à la fois facteurs de continuité des politiques européennes et outils des dirigeants

Couverture temporelle

1969 - 1972

Source

Position de thèse